nb

Catégories de niveau 1

Namibie :

La Namibie a proclamé son indépendance il y a environ trois décennies après avoir été sous protectorat Allemand et Sud-Africain. Son long passé impacte sur l'héritage du savoir-faire des brasseries Allemandes sur la bière en Namibie.

Marché de la bière en Afrique : que la guerre commence ! 

Rachat de brasseries locales, l'estension de capacités ...

La Namibie a proclamé son indépendance il y a environ trois décennies après avoir été sous protectorat Allemand et Sud-Africain. Son long passé impacte sur l'héritage du savoir-faire des brasseries Allemandes sur la bière en Namibie.

Marché de la bière en Afrique : que la guerre commence ! 

Rachat de brasseries locales, l'estension de capacités d'installations existantes, construction de nouvelles usines, mégafusion... Pour de nombreux experts, l'avenir de l'industrie mondiale de la bière se joue désormais en Afrique. Et si les majors du secteur ont déjà pris de l'avance dans cette nouvelle course au profil, tout reste encore à jouer sur ce marché très prometteur, qui reste largement ouvert à la concurrence.

Une Zone clé pour l'industrie mondiale de la bière 

La ruée des géants mondiaux de la bière vers l'Afrique s'explique par les belles perspectives d'augmentation des capacités de production de l'industrie que le continent offre en raison de la croissance économique, du boom démographique fulgurant, de l'émergence d'une classe moyenne et de l'urbanisation rapide. Ainsi, d'après l'entreprise d'étude de marché Canadean, le volume de bière vendu en Afrique devrait croître de 5% par an en moyenne entre 2015 et 2020. Ce niveau de progression est légèrement au-dessus de celui de l'Asie ( 3%) qui a porté le marché durant cette dernière décennie et reste bien très loin de la croissance de 1% escomptée en Europe occidentale ou en Amérique du Nord. Pour sa part, la Deutsche Bank dans un rapport datant de 2015, indique que le continent africain représentera 37% du volume mondial de la bière et comptera 42% de la croissance du bénéfice des entreprises brassicoles mondiales d'ici 2025.

Le marché africain de la bière 

En Afrique, la valeur du marché de la bière est estimée à 13 milliards de dollars. La moyenne annuelle de la boisson ingurgitée par individu est de 9 litres, soit un niveau cinq fois inférieure à la tendance mondiale ( 44 litres ) et encore plus loin de celui d'une zone comme l'Europe ( 55 litres ). À l'intérieur du continent africain, ce chiffre varie énormément, allant de 5 litres en Ethiopie à 12 litres au Kenya, 36 litres au Cameroun ou 60 litres en Angola, alors même qu'il peut grimper à 74 litres en belgique ou 100 litres en Allemagne.

L'Afrique du Sud est le principal marché africain de la bière avec un volume dépassant les 30 millions d'hectolitres par an. Malgré cette place importanteil faut noter que la consommation Sud-Africaine s'est essouflée durant ces 20 dernières années. Comptant en effet pour 46% du volume africain en 1995, la consommation de la Nation arc-en ciel ne représentait plus que 39% en 2005 et 26% en 2015, une part qui, selon les prévisions devrait se replier à 20% d'ici 2025.

Un marché dominé par 4 grands acteurs 

Le paysage africain de la bière reste relativement concentré. On estime en effet que le marché est contrôlé à 90% par le quatuor formé par le néerlandais Heineken, le français Castel, le britannique Diageo et le belgo-brésilien ABinBev qui a rejoint le groupe depuis sa fusion avec le sud-africain SABMiller ( autrefois plus gros brasseur d'Afrique et deuxième mondial ). Si compte tenu de la nouvelle donne du marché, les entreprises sont obligées d'être proactives afin de développer leur présence, elles peuvent aussi nouer des pctes de non-agression.

SABMiller est présent au capital du Français, à hauteur de 20% ( à l'exception de ses activités en Algérie, au Maroc et en Angola), tandis que ce dernier détient, en retour, 38% de l'activité africaine, hors Afrique du Sud, de SABMiller

ABinBev, qui dit mieux 

Profitant de son rapprochement à 112 milliards de $ en 2016, avec SABMiller, fondé en 1895, ABinBev est devenu le leader mondial de la bière et un acteur de premier plan en Afrique avec près de 40% du marché. Avec des marques phares comme Castle, Hero ou Kilimanjaro, le groupe est présent grâce à ses filiales dans plus d'une trentaine de pays africains. Hormis sa terre natale où il est roi ( 80% des parts ), le brasseur domine plusieurs marchés comme la Zambie, la Namibie, le Mozambique ou encore le Botswana. Il est également présent depuis 2009, dans un pays à fort potentiel comme le Nigéria, où il fournit 12% du volume global.

Castel, toujours bien portant 

Numéro trois mondial du vin, le groupe français Castel fondé en 1949 à Bordeaux, représente le deuxième producteur de bière en Afrique, par le biais de sa filiale BGI ( Brasserie et glacières internationales) qu'elle a racheté en 1990. Implanté dans une vingtaine de pays africains ( principalement francophones), le groupe qui a débuté ses opérations de brassage en 1967 au Gabon, possède 25% des parts de marché sur le continent. Parmi les principaux pré-carrés de la compagnie figurent le Cameroun, où il domine 74% des parts de marché ( 2016 ) grâce à sa filiale Société anonyme des brasseries du Cameroun ( SABC,). Par ailleurs, Castel est également bien enraciné en Angola qui représente avec le Cameroun, 52% de son volume. Dans le pays lusophone, le groupe domine 80% de l'offre par le biais de la Companhia União de Cervejas de Angola ( CUCA ) qui brasse la bière éponyme.

Heineken, numéro un ou challenger de poids 

Second brasseur mondial, le Néerlandais heineken est le troisième du continent africain avec environ 18% des parts de marché. Le groupe qui s'est fixé comme ambition " d'étendre son empreinte et de devenir le numéro 1, ou challenger de poids, dans tous les marchés " dans lesquels il opère, a accéléré ces cinq dernières années ses opérations sur le continent qui compte, avec le Moyen-Orient et l'Europe de l'Est, pour 19% de son volume global.

Sur le continent, Heineken signale sa présence dans des pays comme le Rwanda, où, il possède, grâce à sa filiale Bralirwa, près de 94% des parts de marché de la bière avec des bières comme Primus, Amstel et Mutzig. Le groupe est également leader dans des marchés comme le Congo, la Namibie, le Burundi et le Nigéria. Dans ce dernier pays, où il détient à 54% la Nigerian Breweries établie depuis 1946, le Néerlandais domine 70% des parts de marché grâce à des marques comme Syar, Legend in Stout ou 33 Export.

Hormis ces marchés, le groupe a annoncé en décembre 2017, l'implantation de sa première brasserie au Mozambique, un pays dans lequel il mène ses activités de vente de marques de bière importées dont Heineken et Amstel depuis 2016. Nécessitant un investissement de 100 millions de dollars, l'usine sera basée dans la province de Maputo et sera dotée d'une capacité de production de 0.8 millions d'hectolitres avec la première bouteille prévue pour être écoulée d'ici le premier semestre 2019.

Diageo, spiritueux mais pas que 

Le leader mondial de spiritueux et 13ème acteur de l'industrie brassicole, Diageo ne compte pas rester en marge du développement de la consommation de bière en Afrique. Sur le continent qui compte pour 13% des ventes totales, l'objecif affiché par le groupe est de non seulement faire croître son segment des spiritueux mais aussi de se positionner sur le marché de la bière. " Notre strtégie est d'accroître notre portefeuille de marques de bière rapidement et de spiritueux plus rapidement, en nous focalisant sur nos marchés principaux ", a indiqué John O'Keeffe, président de Diageo Africa. Le groupe est bien implanté en Afrique de l'Est grâce à sa filiale East African Brewerie Ltd ( EABL ), qu'elle détient à 50.1%.

Possédant des opérations au Kenya ( Kenya Breweries Ltd ), en Namibie ( Namibia Breweries Limited ( NB ) ), en Ouganda ( International Distillers Uganda Ltd ), et en Tanzanie ( Serengeti Brewerie Ltd ), le groupe exporte ses produits vers le Soudan du Sud, le Burundi et Rwanda. Avec des marques phares comme la Tusker, Pilsner ou Guinness, Diageo possède des parts de marché pouvant varier de 20% en Tanzanie à 45% en OUganda et jusqu'à 71% du volume global des ventes au Kenya.

Toujours dans cette zone, Digeo se fait aussi remarquer en Ethiopie. Il a ainsi acquis en 2012, la brasserie Meta Abo Brewing pour 225 millions $. Grâce à sa branche Diageo-Metal Abo Brewery, dotée d'une capacité de production de 1.7 millions d'hectolitres, il détient 20% du mùarché aux côtés de Heineken et Castel, solidement implantés, et offre les marques de bières Meta et Meta Premium.

En Afrique de l'Ouest, le groupe est présent au Nigéria par sa filiale Guinness Nigeria qu'elle détient à 54%. Il représente le petit poucet avec 20% du marché de la bière qu'elle fournit principalement avec les marques comme la Guinness Stout et la Malta Guiness. Il est aussi présent en Namibie via sa filiale Guinness Namibia Breweries Ltd ( GNBL ).

La bière en Namibie 

La brasserie South West Breweries limited a vu le jour en 1920. Elle change de nom en The Namibia Breweries limited ( NB ) depuis l'accès à l'indépendance du pays et brasse des bières ayant la marque Windhoek. Ses produits sont une Lager, une Draught, une Light et une Export. La Lager est une bière qui titre à 4%, elle est idéale pour étancher sa soif sous le soleil torride de l'été. La Draught qui titre également à 4% est une marque dotée d'une capsule à gaz, ce qui lui donne les qualités d'une bière à pression. La Light est une boisson assez rafraîchissante, plutôt peu alcoolisée à 2.4%. Tandis que l'Export est une bière ayant un goût de malt qui laisse des saveurs plus riches dans la bouche. On retrouve également Urbrock, une bière spéciale contenant un taux d'alcool plus élevé à 7%, une autre titrant à 5.3%. Il y a aussi La Tafel Lager, une bière conçue à partir des ingrédients de haute qualité qui possède un taux d'alcool de 4%

Détails

Namibie :Il y a 1 produit.

Résultats 1 - 1 sur 1.
Résultats 1 - 1 sur 1.